18/07/2015

MEDUXA #5

Meduxa #5 est disponible sur la toile depuis cette semaine, à l'origine ce magazine espagnol consacré au bodyboard et édité par Edu Bartolome était sorti en version papier pour les deux premiers numéros. Puis depuis 2013 Meduxa est passé au format web via insuu à l'image de Surge bodyboarding.  Superbes images, reports de trips et un soulagement de voir des annonceurs tels que found, Arin, atlas distribution et d'autres qui jouent le jeu. En ces temps de malaise économique global c'est encourageant; à regarder au plus vite :)


16/07/2015

Something to Dream About

Sans doute le clip le plus frais et le plus motivant de cette saison estivale avec ce récent montage de  Robert Sherwood sur le dernier trip de l'australien Dallas Singer à Java en indonésie.  A vrai dire les deux protagonistes aussi talentueux l'un que l'autre dans leurs domaines se connaissent bien; Pour ceux qui ne l'auraient pas encore vue,  Something to Think About parue il y a dix mois  précède Something to Dream About ; même destination / même spot.  Sherwood fait parti  des meilleurs vidéastes australiens avec Todd Barnes et Tyge Landa. Quant à Dallas Singer, il est pour moi le gaucher le plus classieux de la planète, un style incroyable et une glisse très pure. Depuis septembre 2013 Il développe la série Harvest via son site dallassinger.com.  Musique: No Time For Dreaming / Charles Bradley



18/06/2015

Anne-Cécile Lacoste / Landes

Tout le monde peut s'accorder sur un point, Anne-Cécile Lacoste est une icône du bodyboard féminin européen comme l'était Héloise bourroux après la fin 90'.  A 33 ans, cette fille originaire d'arcachon n'a jamais triché, elle surfe beaucoup et ce depuis toujours, se colle dans des conditions puissantes et est une vraie puriste  amoureuse de l'océan. Nous avons récemment échangé quelques mails histoire de savoir où elle en était dans sa vie et dans son parcours 'bodyboardistique' :)



Hello Anne-Cécile,  quelques bonnes sessions à la maison ces derniers temps?
Salut Fred :) , 
Oui le temps et l’eau se sont réchauffés, les bancs de sable sont en place, on a eu de belles sessions entres copains, ça fait du bien d’être à la maison.


Tu as passé quelques mois en trip cet hiver entre le pacifique et les caraïbes,  peux tu décrire un peu ton périple? d'ailleurs tu as posté il y a quelques jours une photo de toi sur une droite bien impressionnante  au mexique, il y avait beaucoup de monde à l'eau ce jour là?
En effet, long périple cette année !!
Je suis partie en Novembre dernier pour le Chili ou avaient lieu les Championnats du Monde ISA. Ce fut un super moment avec l’équipe de France, et j’ai eu la chance de rester là bas sur Iquique après la compétition pour découvrir et apprécier cette partie du globe que je ne connaissais pas et qui m’a beaucoup plu. C’est un paradis du bodyboard ou l’humilité et la générosité des gens est très touchante. De là je suis partie ensuite pour le Costa Rica rejoindre mon frère qui vit sur la cote Caraibes et j’y ai passé deux mois avec ma famille . J’ai pu également bouger au Panama ou notre mère nature a été plus que généreuse et nous a offert des swell tout l’hiver, c’était dingue. Et pour finir , j’ai pu terminer le latino trip en beauté au Mexique ou j’ai pu surfer des beach break parfaits massifs et puissants . J’avais déjà été là-bas il y a 5 ans mais cette fois-ci c’était beaucoup plus gros ; et j’ai pu contempler un swell de 20 pieds mexicains ! C’était fou ! Beau bouquet finale ! J
D’ailleurs sur la photo dont tu parles, c’est un des jours « normal » on va dire du trip ( imaginez !) et très peu de monde à l’eau. Il y avait des pics un peu partout espacés, et j’ étais la seule sur celui –là pour te dire … le rêve !


Quelle board surfes tu le plus en ce moment? j'imagine que tu as un petit quiver en fonction des conditions?
En ce moment je surfe sur deux planches :
La Pride PLC heartbraker en NRG 41 . Comme l’eau reste encore froide et que je manque un peu de force dans les bras, j’ai besoin d’une planche souple, et lorsque les conditions sont un peu ventées ou molles , avoir plus de longueur et de surface sur cette planche me permet d’avoir plus de contrôle et de vitesse.
La Lewy Finnegan Animal en NRG 40, quand les conditions sont parfaites glassy et creux . Cette board me permet d’entrer en vague avec le max de vitesse et est parfaite pour tuber.
J’ai beaucoup de chance d’avoir des partenaires comme Pride Bodyboard et Ogm Bodyboard shop qui me soutiennent et me permettent de m’épanouir dans ma passion dans les meilleurs conditions.


Tu es toujours active au sein de l'association mermaids?
L’association Mermaid n’est malheureusement plus active… Avec mes amies fondatrices Elodie Redon et Emilie Masson nous avons décidé de mettre en suspend l’association car nous passions par des moments respectifs de nos vies ou le temps et l’implication nécessaire au bon fonctionnement de l’association nous manquait. Mermaid fut une très belle expérience qui à tous moments peut reprendre vie :)


J'ai toujours considéré le surf comme un peu macho; je ne compte plus le nombre de session où j'ai vu des filles se faire snaker ou dropper en free surf ;  pour toi ça a évolué comment depuis les dix dernières années?
Le surf est un sport ou le plus de pratiquants sont des hommes. Il est donc évident qu’on y trouve une part de machisme. Du coup, c’est sure qu’il y a des abus de certains envers les filles et du mépris quant à la vision qu’ils ont du surf féminin. Mais on ne peut empêcher cela et je dirais qu’avec le temps et le nombre de filles a l’eau qui ne cessent d’augmente , la situation évolue dans le bon sens. Voir une fille à l’eau maintenant devient banale même si elle attire toujours l’œil de certains mecs ;) ahah , le niveau des filles a aussi considérablement augmenté , ce qui vaut une relation homme/femme dans l’eau beaucoup
plus respectueuse. Pour moi en tous cas, tout va bien, je n’ai que rarement des problèmes et les gars sont vraiment trop cool avec moi .


Où en es tu professionnellement, enseignes tu toujours le surf et le bodyboard dans les landes?
Je travaille toujours au centre UCPA de Port d’Albret à Soustons en saison longue. Cela me permet de joindre l’utile à l’agréable et d’être chaque jour au sein de mon élément et transmettre ma passion aux autres. J’ai quelques idées de projets professionnels mais j’en parlerais plus tard si ils se réalisent :)


Tu as un parcours intéressant, tu as été vice championne du monde isa, championne de france et vice championne d'Europe depuis les 4 dernières années ; J'ai lu sur le net que tu te sentais mieux car plus expérimentée pour appréhender la compétition à un moment assez tard dans ta vie, qu'est ce qui t'a amenée à reprendre le circuit un peu plus tard?
En fait, je me suis lancée tardivement dans la compétition professionnelle car n’ayant jamais été une compétitrice dans l’âme, je n’ai jamais cherché à faire une carrière pro. J’ai fait d’autres choses dans ma vie qui me plaisaient énormément et me prenaient tout mon temps de manière à ce que je ne pensais pas à me lancer sur le tour. Et puis un jour, j’ai eu l’opportunité de le faire et je me suis dit bien pourquoi pas ! allons ! Un joli cadeau de la vie qui m’a apporté plus que ce que j’aurais imaginé et j’en garde un souvenir inoubliable. J’ai eu vraiment beaucoup de chances de pouvoir vivre cette expérience et je souhaite à tous sportifs de pouvoir y goûter.


Quelles sont les prochaines étapes du circuit international que tu comptes suivre?
Je vais suivre juste les compétitions du tour Pro amateur (ISA) si je garde ma sélection en équipe de France. Mais je ne suivrais pas le tour professionnel APB car je n’ai malheureusement aucun moyen financier pour y participer.


Comment organises tu ton rapport avec l'océan, tu surfes chaque jours, peu importe les conditions un peu comme chez nous  ou tu sélectionnes en fonction de la qualité?
Je suis une « addicte » de l’océan et j’ai du mal à concevoir une journée sans aller surfer ! ahah . Je m’oblige des fois à ne pas y aller pour faire une petite pause mais ça ne dure pas longtemps généralement car ça me coûte trop moralement !! J’aime être dans l’eau tout simplement. Bien sure que si c’est parfait c’est encore mieux, mais à chaque fois que je rentre dans l’eau j’y trouve mon plaisir et mon équilibre.


Merci beaucoup, je te laisse libre de dire ce que tu veux pour la dernière question :)
Merci à Pride Bodyboard, Ogm Bodyboard Shop, Moana Opticiens et Culture Sud pour leur soutien. Merci pour cette interview Spit97 et pour l’intérêt que vous portez au bodyboard. En espérant vous croiser pour un surf ici ou ailleurs :) Pura Vida !!







Fat wave  ©Bastien Bonarme
Belly spin ©Adam Dewolfe
Invert  ©Aurélien Leroy
Barrel Cook Islands ©Sasha Specker


Badges spit97 :)

C'est la petite surprise du mois; Je sors quelques badges spit97 :)   
Pin's en métal or antique et résine noire, édition limitée à 50 exemplaires.
Ils sont en vente à 6 €, pour toute commande me contacter  ou envoyer directement un paiement paypal sur le mail fredquem@hotmail.fr (compter 8 euros avec les frais de port) 
Un grand merci à Julio Ificada pour son aide



Bertrand Piriou / Pays Bigouden

Ça n'est pas un hasard si la commune de Plomeur dans le pays bigouden détient le plus grand nombre d'écoles de surf du nord-ouest de la france. Des plages comme la Torche ou Porscarn sont très exposées aux houles bretonnes,  surfables à toutes les marées ce qui favorise un  nombre impressionnant de glisseurs. Ça c'est le côté grand publique et puis il y a l'autre face, celle des reefs planqués plus loin et qui sont un peu plus "hardcore". 
Vers le milieu des années 90 je rencontrai deux riders locaux emblématiques, Mik Baccon et le jeune Maël L'helgouac'h qui allait se faire connaître sur la scène nationale notamment pour son engagement dans des grosses conditions. Je pense que Maël (aidé notamment du photographe Jacques Kerveillant) a localement ouvert la voie (avec quelques autres riders qui préféraient surfer à l'abri des regards) au surf dans de vraies vagues creuses et à l'émergence plus tard d'autres bodyboarders du coin doués. 
Aujourd'hui l'effervescence des années 2000 est révolue, il y a bien sûr le web et des sites pointus consacrés au bodyboard, mais plus de magazine papier français et  surtout une surenchère à l'exposition de photos moyennes sur les réseaux sociaux qui ne servent la plupart du temps qu'à griller les bancs de sable.  Néanmoins il y a toujours un noyau dur  d'impliqués qui savent se remettre en question comme le jeune Bertrand. Pas mal dans son style,  une nonchalance sympathique,  il est du genre discret avec un surf technique engagé et une belle marge de progression. Je me suis donc naturellement intéressé à son parcours en lui posant quelques questions les jours derniers : 




Peux tu te présenter? Quand et comment es tu venu au bodyboard?
Alors je m’appelle Bertrand PIRIOU j’ai 19 ans, j’habite à Lestonan au Nord de Quimper, je suis actuellement en 1ère année de GEA (gestion des entreprises et des administrations) à l’IUT de Quimper. Alors j’ai découvert le Bodyboard il y a 6 ans lors d’un voyage en Angleterre à Bude (Cornouaille Anglaise), un jour la famille qui m’hébergeait m’a proposé d’aller surfer puis dès la première vague j’ai carrément accroché. Par contre je ne m’y suis pas mis direct, à l’époque je faisais beaucoup de vélo (beaucoup de dirt et un peu de skate-park) avec des potes et au fil du temps de moins en moins de personnes roulaient (études…) et c’est naturellement que je me suis tourné vers le bodyboard (il y a 4-5 ans).


Tu surfes par chez toi beaucoup de vagues différentes, du beach break bien breton, des reefs et quelques slabs, tu as attendu longtemps avant de te jeter dans des vagues consistantes? Quel a été ton déclic?
J’essaye de surfer au maximum des vagues différentes, des vagues un peu molle de la torche au reef  plus péchu comme il y en a ici. On a la chance d’avoir une côte qui nous offre une variété de spots (reef, beachbreak…), ça serait  bête de ne pas en profiter ! Je n’ai pas vraiment mis longtemps avant d’aller surfer des vagues un peu puissantes, j’ai rapidement été attiré vers des vagues qui avait un peu de taille et surtout qui étaient creuses ! Je me rappelle de voir des gars comme Maël, Ludo Jean, Germain, Fab le Berre et tous les gars du coin surfer des reefs et se coller des barrels devant moi, je voulais être à leur place ça avait l’air tellement grave ! Finalement ça a peut-être été ça le déclic de voir des gars se caller des barriques devant moi !


Quel type de board tu surfes en ce moment? tu as testé des choses différentes ces dernières années?
En ce moment je surfe avec une NMD Jase Finlay en 41 NRG elle est vraiment cool, un peu plus rigide que mon ancienne board (une VS de Dave Winchester en 41 en NRG). Mis à part le nrg, pe ou le pp je n’ai jamais testé autre chose, j’aimerai bien tester les planches avec le stringer interchangeable, le fait de pouvoir agir sur la rigidité de la board sa a l’air vraiment sympa !


Tu es plutôt discret, peu présent sur les contests alors que tu aurais largement le niveau, d'où te viens cette envie de rester focus sur le free surf?
J’essaye de rester le plus discret quand je surfe, je dis à très peu de personnes où je vais (seulement 2 ou 3 personnes savent où je vais réellement surfer) et je ne balance pas de photo le jour même, je ne comprends d'ailleurs pas comment on peut publier des photos sur Facebook le jour même sur des vagues qui marchent rarement, fin bref... C’est un autre sujet. Concernant la compétition en bodyboard ça ne me tente pas plus que ça et ça ne fait pas partie de mes projets dans l’immédiat. Je ne sais pas trop d’où vient cette envie de rester focus sur le free surf peut-être parce que mes potes avec qui je surfe font très peu de compétition ou bien parce qu’il y a une faible émulation en bodyboard dans le coin.


Ah bah tiens ça tombe bien je viens de créer une nouvelle page Facebook "Photos des derniers bancs  de sable valables en baie d'audierne", ça devrait te plaire.

Vois-tu une évolution notable depuis ces dernières années concernant le nombre de bodyboarders présents sur les spots du pays bigouden?
Ça fait à peu près 5 ans que je surfe, je n’ai pas vraiment de recul par rapport à ces dix dernières années en terme de nombre de bodyboardeurs à l’eau dans le pays bigouden. Je ne pense pas qu’il y ai une réelle évolution, on est moins de bodyboardeurs que la génération de Maël, Mat call, Ludo Jean, Greg Bu, Cam…  Ça a des avantages comme le fait que l’on peut avoir des sessions avec pas beaucoup de monde mais ça a également des inconvénients comme le fait qu’il n'y ai pas vraiment d’émulation dans le coin. 


Arrêtes, tu es trop content de surfer en solo, je le sais. 
Tu es plutôt du genre à regarder une part fétiche de vidéo avant de rider ou tu t'en fiches ? 
Je regarde pas mal de vidéo avant d’aller surfer, ça motive ! Je regarde beaucoup les clips de Jono Bruce, Brendan Newton, Thomas Robinson, Ryan Hardy, Jake Stone ou bien les vidéos du genre Tension, BOOM ou les Visions il y a vraiment tout ce que j’aime dans ces vidéos, les gars chargent des gros reefs, vont taper des manœuvres incroyables, ont tellement un style de fou et le tout souvent avec une musique bien rock, rien de mieux !


Une expérience flippante lors d'une session depuis tes débuts? 
Je pense que c’était l’hiver dernier, je surfais sur un reef où il y avait un peu de taille et un peu de monde également. J’essayais de me mettre le plus à l’intérieur possible (j’avais vu que les vagues les plus creuses étaient vraiment à l’intérieur). Sauf qu'à un moment, vu que j’étais vraiment trop à l’intérieur la première vague de la série a cassé devant moi, j’ai pas réussi à faire mon canard et je me suis fait exploser direct, à ce moment-là j’ai pas vraiment flippé je me suis dit que j’allais me faire balayer et puis que j’allais remonter au pic tranquillement. Sauf que ça ne s’est pas vraiment passé comme ça. Après m’être fait éclater au canard, mon leash s’est entouré autour de mes jambes et de mon bras gauche (mon leash était sur mon bras droit) ce qui fait que je ne pouvais plus remonter à la surface du fait que la pression de l’eau me traînait sur le reef et surtout du fait que je ne pouvais plus palmer pour remonter à la surface de l’eau, là j’ai commencé à flipper, en plus j’arrivais pas à enlever mon leash, la galère ! Finalement au bout de quelques secondes j’ai réussi à l’enlever mais bon une fois remonté à la surface de l’eau, la 2éme vague de la série me casse dessus, j’avais vraiment plus de souffle par chance ma board était à côté de moi, j’ai tenté de refaire un canard mais bon je me suis fait exploser et là encore par chance ma planche était encore à côté de moi ! Après ces 2 vagues  (qui avaient quand même plié ma planche) j’avais l’impression d’avoir surfé 5h, j’étais claqué, mais bon je suis remonté au pic et j’ai continué ma session (en étant un peu moins à l’intérieur haha).


Petit fou va. 
Quelques voyages à venir? 
Je n’ai pas vraiment de voyages de prévus mis à part-peut-être les Canaries l’hiver prochain. Avec les cours c’est un peu galère de  partir longtemps et surtout ça coûte cher quand tu veux y aller en période de vacances scolaires. Par contre je compte bien descendre le plus souvent possible dans le sud-ouest.


Merci beaucoup vieux, je te laisse dire ce que tu veux pour la dernière question (enfin je modère si tu vas trop loin, des mères de famille lisent ce blog)
D’abord te remercier Fred, d’être autant passionné et de vouloir faire bouger le bodyboard, c’est vraiment top ! Je voudrais également remercier Seb et Max Le Berre de Rise Up Surf School à la torche qui m’ont fait progresser en peu de temps et qui m’ont également drivé sur les spots de la baie d’Audierne et qui m’ont amenés plusieurs fois dans le sud-ouest, MERCI ! Un dernier merci à Flo et à Mael pour les 2 années au CLE !

ah il est bien ce kid. 









photo du premier tube ©Martin Viezzer


Nicolas Moallic / Douarnenez

Un post sur Nicolas Moallic, un jeune rider que je croise très souvent (nous surfons presque les mêmes spots) et qui fait partie de la jeune génération montante bretonne.  
A 22 ans ce douarneniste qui vient du bmx affectionne particulièrement les droites puissantes locales et n'hésite pas à se jeter les 'gros jours' avec un vrai engagement;   Ne pensez pas le trouver sur le premier spot du coin avec 70 personnes au line up,   ce penn sardin au caractère bien trempé aime comme quelques riders de cette région surfer loin du monde. 
Même s'il s'est permis de remporter l'an dernier le wob challenge à la Sauzaie,  il n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler un compétiteur ;   il a plutôt choisi d'organiser son projet dans le bodyboard grâce à la photo (merci Jacques Kerveillant) et à la vidéo ce qui lui permet d'être soutenu  par WATT bodyboards depuis la saison dernière. Aujourd'hui il poste un clip intéressant sur ses meilleurs tricks de l'hiver; à noter ses tentatives vraiment cools du double roll qu'on a  pas l'habitude de voir en bretagne :)



15/06/2015

ERIC ROY / Queensland

Depuis les années 90, la  Gold Coast dans l'état du Queensland qui détient quelques spots world class a vu émerger des bodyboarders de renom:  Paul Banard, Rawlins, Tom Smith, Kirra Llewellyn,  Matt Lackey ou plus récemment Clarke, Gornall  pour ne citer qu'eux.  Le jeune Eric Roy quant à lui a fait ses armes sur la vague de Duranbah entre autres  et il est une des étoiles montantes australienne du moment avec un surf puissant, des trajectoires appuyées et beaucoup d'engagement sur ses backflips et inverts. Et comme le boy semble plutôt cool, je lui ai demandé de répondre à quelques questions le mois dernier:) 



Are you still living in the queensland? 
What are the spots you ride the most at home? 
Tu vis toujours dans le Queensland?
Quels sont les spots que tu rides le plus chez toi? 

Yes I still live in Queensland, in a suburb called Palm Beach on the Gold Coast. It’s a 10-15 minute drive from D’bah, which is where I surf most often and also the reef at Kingscliff too.
Oui j'y vis toujours, dans une banlieue appelée Palm Beach  sur la Gold Coast donc. C'est à 10-15 minutes de D'bah, qui est le spot que je surfe le plus souvent avec le reef à Kingscliff.


You just have won the riptide pro at D'bah in april, how was this contest? 
Tu as gagné le riptide pro justement à D'bah en avril, c'était comment ce contest? 

The contest was great overall! The ABA put together an amazing event with some big name competitors and we were lucky to get 3-4 pumping waves at D’bah over the entire 3 days.
La compétition était bien cool dans l'ensemble! L'ABA (australian bodyboarding association) a mis sur pied un événement incroyable avec du beau monde et nous étions chanceux  d'avoir 3 à 4 pieds puissants à D'bah en continu sur les 3 jours.



You have been one of the first riders with some pros to test the ISS innovation recently, how does it works for you?  
Tu as été l'un des premiers riders avec quelques pros à tester l'innovation ISS (interchangeable stringer system) récemment, ça fonctionne bien pour toi?

Yes I was lucky to be one of the first to test the new ISS Technology in my new VS boards. To me personally, I think it’s one of the innovative things to happen to bodyboarding since I’ve been riding. It makes everything look so much more interesting and the different flex in each stringer really makes a difference for how the board works in all different wave sizes and water temperatures. I prefer the ‘Soft Flex’ stringer as my board is only new and features Tension Tech and Mesh.  
Oui j'ai eu le chance d'être un des premiers à tester la nouvelle technologie ISS sur mes planches VS. Je pense que c'est une des choses les plus innovantes dans le bodyboard depuis que je surfe. Cela rend tout tellement plus intéressant et les différents flex proposés par chaques stringers permettent vraiment à la board de fonctionner différemment suivant la taille / puissance des vagues et la température de l'eau. En ce qui me concerne je préfère le stringer 'soft flex'  car ma planche est neuve avec un mesh (tension tech mesh layer ndlr) 



What type of board (size, core, template) do you like to ride the most in general?  do you change the volume, the size of your bodyboard depending conditions? 
Quel type de board (taille, core, template) aimes tu surfer le plus en général? Changes tu le volumes ou la taille de ta planche suivant les conditions?

I actually have the most easy-going attitude for what board sizes and templates I ride. I’ve changed so much over the years and can get used to riding anything instantly. I always use a 42” and at the moment I use a VS ‘Pro-Ride’ and copied Winny’s shape as I find it versatile for any conditions. I will start to make small changes with this shape as I work with the shaper Dan Sivess in the future. 
J'ai actuellement une attitude plutôt cool vis à vis des boards et templates que je ride. J'ai tellement changé de planches au cours de ces dernières années que je peux m'adapter à n'importe quoi instantanément. En ce moment j'utilise une VS 'pro ride' (PP)  basée sur le shape d'une winny que je trouve polyvalente pour toutes les conditions. A l'avenir je ferai des changements petit à petit avec la collaboration du shaper Dan Sivess. 



What are the best parts from bodyboarding videos that inspire you the most before going to ride your local break? 
Quelles sont les parts de vidéos que tu regardes et qui t inspirent le plus  avant de surfer ton home spot? 

I can’t go past all old-school Ryan Hardy footage. My favourite movies were always Visions 1 and 2. As for stuff nowadays, I love watching anything with Jake Stone. 
Je ne peux pas aller au delà  des montages old school sur Ryan Hardy. Mes vidéos préférées restent Visions 1 et 2. Et pour les trucs d'aujourd'hui, j'aime regarder toutes les vidéos avec Jake Stone.



You are part of the young  talented generation from queensland, do you see more bodyboarders in the line up now than few years ago?
Tu fais partie de la nouvelle generation de riders talentueux de Queensland, vois tu plus de bodyboarders au line up maintenant par rapport à avant? 
  
Yes, I particularly see a lot of groms getting out in some bigger surf conditions like at D’bah or the Reef. It’s good to see them giving it a crack at such a young age. However, it’s a shame to see a lot of my friends that are my age surfing less frequently because of work commitments and other things going on in their life that are involved with growing up. But there’s definitely plenty of new faces in the water all the time!  
Oui, je vois surtout pas mal de kids sortir dans des conditions plus massives qu'avant à D'Bah ou au reef. C'est bien de les voir déchirer à un si jeune âge. Cependant, c'est dommage de voir que pas mal de mes amis surfent moins fréquemment à cause des engagements de travail et d'autres choses qui se passent dans leur vie prenant de plus en plus d'importance. Mais il y a vraiment des nouveaux visages dans l'eau tout le temps!



Your worst moment of fear in a session since you began bodyboard?
Ton pire moment lors d'une session depuis que tu as commencé le bodyboard?

The first thing that springs to mind is in Hawaii 2012. I went over for 3 weeks and  was first overseas bodyboarding trip. My first surf was out at 10-12 foot Pipe with a lot of North in the swell direction and not many guys out. Usually paddling to the shoulder was the easiest way to dodge wash through sets. I saw the biggest lump of water I’d seen that whole day coming towards the lineup. I paddled the wrong way and copped a 12 foot+ wash through on my head and tried to duckdive it. I was under water and got pulled almost the whole way to the beach before I popped up gasping for air. It took me about 5 minutes to recover and get the courage to paddle back out again. It was the scariest experience of my life and the lesson I learnt was to not ever try duck dive a wave that size and would have had a better chance diving down off my board. 
La première chose qui me vient à l'esprit est hawaii en 2012. J'y étais pendant 3 semaines et c'était mon premier voyage à l'étranger. Mon premier surf était dans un pipe de 10-12 pieds avec une dominante nord dans la direction de la houle et peu de gars dans l'eau. D'habitude ramer vers l'épaule de la vague était le meilleur moyen d'esquiver le set. J'ai vu le plus gros mur d'eau de la journée débouler au line up. j'ai ramé dans la mauvaise direction et fait face à un set de 12 pieds + devant moi et j'ai essayé de faire un canard. Je me suis fait tirer sous l'eau presque jusqu'au bord à bout de souffle. Il m'a fallut bien 5 minutes pour récupérer et trouver le courage d'y retourner. C'était l'expérience la plus effrayante de ma vie et j'ai appris la leçon de ne jamais essayer de faire un canard avec une vague de cette taille, j'aurai plutôt du plonger sans tenir ma board.



What are your projects for 2015/2016? 
Quels sont tes projets pour 2015/2016? 

For 2015, I plan to do all the Gold Coast contests, ABA contests, the State Titles and Australian Titles. I want to achieve the best competition results I’ve ever had so far. I plan to release a Winter 2015 highlights clip on Vimeo too. For 2016, I plan to push myself even harder and base my whole year around all the contests and travelling to as many locations as I can to score waves and work on bigger projects.   
Pour 2015, j'envisage de faire toutes les compétitions de la gold coast, le tour ABA, les championnats de la région et les championnats d'Australie. Je voudrai faire les meilleurs résultats que je n'ai jamais eu. Je prévois aussi de publier un clip video avec un résumé de l'hiver 2015. Pour 2016, je prévois de me pousser encore plus et de focaliser mon année sur toutes les compétitions, voyager sur le plus de destinations possibles pour surfer des bonnes vagues ainsi que travailler sur des projets plus importants. 



Thanks very much Eric, i let you telling what you want for the last question :) 
Merci beaucoup Eric, je te laisse dire ce que tu veux pour la dernière question :)

Thanks guy! I’m stoked you chose to interview me. I want to thank my sponsors so much for getting me to where I am today as I couldn’t do any of this without them. Thankyou to The Versus Project, ISS Tech, Stealth Fins, Bodyboarders Surf Co., Zion Wetsuits and I Am None Clothing. 
Merci mec!  content que tu aies choisi de m'interviewer. Je voudrai remercier mes sponsors de me permettre d'être où je suis aujourd'hui, je ne pourrai pas faire tout ça sans eux. Merci à VERSUS project, ISS tech, stealths fins, bodyboarders Surf Co, zion wetsuits et i am none clothings.